Mieux connaître la lombalgie et les exercices associés

La lombalgie décrit des douleurs au niveau des lombaires. Il s’agit donc d’un symptôme qui concerne le bas du dos. On l’appelle également lumbago ou tour de rein.

 

Un mal fréquent

Les lombalgies toucheront, ponctuellement ou en permanence, les ¾ de la population au cours de sa vie. Ce type de mal de dos est donc plutôt fréquent.  Des chiffres indiquent que presque un quart des lombalgies durent plus de 3 mois.

La plupart du temps, la gêne disparaît d’elle même. La consultation médicale ne s’impose pas dans ce cas. Mais, face à des affections handicapantes ou un dos bloqué, il est nécessaire d’intervenir. Il faut alors consulter son médecin.

Selon sa durée, la lombalgie sera aiguë ou chronique. Dans le premier cas, elle dure de quelques jours à quatre semaines. Entre 1 et 3 mois, elle est dite subaiguë. Elle devient chronique dès que la douleur occasionnée excède les 3 mois.

 

Douleur dans le bas du dos

 

Lombalgie aiguë

La lombalgie aiguë peut apparaître brutalement ou s’installer insidieusement. La douleur lombaire s’éveille en cas d’actions brutales sur l’organisme : éternuement, toux, efforts inhabituels… Elle reste discrète au quotidien, que cela soit à la maison ou au travail. Elle n’entraîne aucune altération de l’état général.

 

Causes

Elle est rarement liée à un processus évolutif et pathologique. Elle n’est pas liée à une maladie infectieuse, tumorale ou inflammatoire. Elle est alors dite « commune ».

Elle est, en général, provoquée par une mauvaise posture ou un faux mouvement. La position assise prolongée en est aussi une cause comme le port de charges lourdes. Elle vient de microtraumatismes, comme des chutes, récentes ou plus anciennes. Elle peut aussi être due à des lésions des segments mobiles. Ces derniers sont les éléments reliant les vertèbres entre elles. Il peut s’agir de disques, de ligaments…

Cette affection va ainsi toucher les sportifs après un effort trop intense, par exemple. Elle peut être relative à du surmenage ou à un travail physique intense.

La survenue de lombalgie est plus fréquente avec l’âge ou chez les personnes en ayant déjà eu. La cambrure exagérée inhérente aux grossesses est aussi un facteur favorisant ce mal de dos. Il en est de même pour le relâchement de la sangle abdominale. Certains facteurs psychologiques participent également à l’apparition de maux en bas du dos voire à sa chronicité.

 

Traitement

Les douleurs modérées de quelques jours ne nécessitent pas de traitement particulier. Il faut adapter ses activités et surveiller son état. Un antalgique en automédication pourrait être pris sous réserve de bien respecter les précautions d’emploi. Une ceinture lombaire immobilisera la colonne et pourrait réduire progressivement l’inflammation.

Vous avez pris des antalgiques pendant quelques jours. Pour autant, la douleur persiste ou s’aggrave. Celle-ci descend dans les jambes faisant penser à une sciatique. Il convient de prendre rendez-vous avec votre généraliste.

La douleur est forte et s’accompagne d’autres symptômes. Ou bien, elle est apparue après une chute ou un traumatisme bénin. Vous devez alors consulter immédiatement ou dans la journée votre médecin traitant.

Des douleurs soudaines et violentes sont associées à des signes de malaise. Des douleurs soudaines irradient dans la mâchoire, le bras ou le thorax. Des douleurs suivent un important traumatisme comme une collision ou un choc à grande vitesse. Dans tous ces cas, il est urgent d’appeler le 15 ou le 112.

Le médecin déterminera avec les circonstances de la survenue des douleurs. Après examen, une prescription médicamenteuse et des antalgiques pourront être prescrits. Paracétamol et codéine sont souvent proposés. A petite dose, on peut y ajouter des AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens).

Dans certains cas, votre médecin pourra prescrire des myorelaxants ou des séances de kinésithérapie ou d’ostéopathie.

Des examens complémentaires sont souvent inutiles pour ce type de lombalgie. Ils sont effectués seulement si un autre problème est sous-jacent. Les radios ne sont pas non plus déterminantes dans ce cas.

 

Prévention et conseils pratiques

Selon les préconisations faites par votre docteur, vous pourrez continuer vos activités habituelles tout en les adaptant. Vous pouvez aussi opter pour une literie anatomique respectant votre morphologie. Un peu de relaxation et de détente favorise le repos du dos.

Ce type d’affection peut disparaître ou être évité en adoptant des postures adaptées. Le choix d’un siège ergonomique va permettre aussi la régression de la lombalgie.

La lutte contre la sédentarité préviendra la survenue des maux du dos. Une activité sportive régulière est recommandée tant qu’elle n’est pas très intense.

 

3 exercices simples de relaxation

Ces exercices sont surtout des positions pour se relaxer. Ils aideront à combattre la douleur. Ils sont faciles à faire tout au long de la journée. Ils ne prennent que quelques instants. Il est préférable de se vider la tête pour plus d’efficacité. Vous pourrez aussi vous accompagner d’une musique douce et même d’une semi-obscurité.

Le premier nécessite l’utilisation d’une chaise. Vous devez vous étendre sur le sol avec le dos bien plaqué sur celui-ci. Les jambes sont fléchies et reposent sur l’assise de la chaise. Vous devez croiser les mains derrière la tête.

Pour le deuxième, vous devez vous allonger au sol sur le dos. Ramenez un genou vers votre poitrine puis le second et bien les tenir ensemble. Ensuite, tirez-les en direction de votre poitrine.

Le troisième ne nécessite pas une position allongée. Vous devez vous agenouiller en étant assis sur vos talons. Votre dos doit être enroulé et votre front repose sur le sol. Les coudes encadrent le front avec les avant-bras au sol.

 

Lombalgie chronique

Cette affection chronique s’inscrit dans la durée, entraînant de graves problèmes. Elle altère de manière significative la qualité de vie. La douleur peut s’avérer handicapante au quotidien.

 

Causes

Les causes sont parfois difficiles à trouver. On estime que 5 à 10 % des lombalgies évolueront en maladie chronique.

Elle peut venir d’un « mal de dos » mal soigné. Celui-ci va pousser le patient à adopter une posture de compensation. Ainsi, il évite la souffrance.

La lombalgie chronique est le symptôme également de pathologies plus lourdes. Elle évoque, par exemple, un tassement vertébral, parfois lié à la ménopause. Elle accompagne une scoliose, une cyphose, développée en cours de croissance chez le jeune.

Elle peut parfois exprimé aussi la présence de tumeurs ou d’infection ( bacille de Koch et tuberculose). Dans certaines cas, elle peut révéler des troubles psychologiques, surtout chez la femme. Cette dernière est, en effet, plus sujette au stress. Elle est aussi plus exposée à une fatigue musculaire, liée à une mauvaise posture au travail.

 

Traitement

En curatif, on dispose de divers moyens pour soulager la douleur. La plupart sont communs avec ceux de la lombalgie commune et seront prescrit par le corps médical. Pour atténuer la souffrance, porter une ceinture de soutien lombaire est vraiment confortable.

Ceinture de maintien lombaire

L’effet des médicaments en période de crise est efficace. En cas de forte douleur, la morphine peut être ponctuellement prescrite. En effet, une souffrance prolongée, empêchant le sommeil, ne peut être envisagée longtemps. Elle conduit à la dépression, qu’on peut aussi traiter chimiquement.

Les myorelaxants sont aussi un protocole à utiliser pour détendre les muscles contracturés. Des injections de cortisones sont aussi un traitement possible dans certains cas. Parfois, une opération chirurgicale pourra être envisagée.

Des séances de kinésithérapie, d’ergothérapie et de psychothérapie peuvent s’inscrire dans le traitement global.

 

Prévention

On peut agir en préventif. La pratique, dés l’enfance, d’un sport non traumatisant est un adjuvant efficace. Adulte, il ne faut pas cesser de faire des exercices, guidé par un professionnel. Le repos et l’immobilité sont des facteurs aggravants des problèmes. Il faut aussi apprendre à adopter une posture assise correcte.

 

Bonne position assise en voiture

Exemple de correction de la position assise en voiture

pour éviter la lombalgie

Une alimentation riche en calcium et en vitamine D serait aussi à conseiller. Elle concerne essentiellement les petits et les femmes après 50 ans. Prévoir un ameublement adapté à sa morphologie est un plus. Il existe sur le marché des fauteuils ergonomiques élaborés pour chacun.

Un travail adapté devra être privilégié et certaines activités seront abandonnées. Apprendre les bonnes postures pour s’asseoir ou jardiner est essentiel. Faire des exercices quotidiens spécifiques aidera à diminuer la douleur.

 

Conclusion

Les lombalgies, et le mal au dos en général, sont le mal du siècle. Ils sont reconnus comme maladies professionnelles. Différents exercices permettent de mettre un terme à l’inconfort ou à la souffrance engendrée.

Une consultation médicale est recommandée la plupart du temps. Vous serez ainsi sûr du diagnostic et éviterez une mauvaise automédication. Vous pourrez déterminer avec votre médecin ce qui vous convient. Vous examinerez ensemble les traitements adéquats et les exercices adaptés.

Cet article a été rédigé à titre informatif, pour tout conseil d’ordre médical il est indispensable de vous adresser aux professionnels des métiers de la santé.